Home > Uncategorized > Modern economics is sick

Modern economics is sick

from Lars Syll

mblaugphotoModern economics is sick. Economics has increasingly become an intellectual game played for its own sake and not for its practical consequences for understanding the economic world. Economists have converted the subject into a sort of social mathematics in which analytical rigour is everything and practical relevance is nothing. To pick up a copy of The American Economic Review or The Economic Journal these days is to wonder whether one has landed on a strange planet in which tedium is the deliberate objective of professional publication. Economics was once condemned as “the dismal science” but the dismal science of yesterday was a lot less dismal than the soporific scholasticism of today …

If there is such a thing as “original sin” in economic methodology, it is the worship of the idol of the mathematical rigour invented by Arrow and Debreu in 1954 and then canonized by Debreu in his Theory of Value five years later, probably the most arid and pointless book in the entire literature of economics.

The result of all this is that we now understand almost less of how actual markets work than did Adam Smith or even Léon Walras. We have forgotten that markets require market-makers, that middlemen have to hold inventories to allow markets to function, that markets need to be organized and that property rights need to be defined and enforced if markets are to get started at all. We have even forgotten that markets adjust as often in terms of quantities rather than prices, as in labour markets and customer commodity markets, as Alfred Marshall knew very well but Walras overlooked; so well have we forgotten that fact that a whole branch of economics sprang up in the 1960s and 70s to provide “microfoundations” for Keynesian macroeco- nomics, that is, some ad hoc explanation for the fact that a decline in aggregate demand causes unemployment at the same real wage and not falling real wages at the same level of employment …

Indeed, much of modern microeconomics might be fairly described as a kind of geography that consists entirely of images of cities but providing no maps of how to reach a city either from any other city or from the countryside.

Mark Blaug

Mark Blaug (1927-2011) did more than any other single person to establish the philosophy and methodology of economics a respected subfield within economics. His path-breaking The methodology of economics (1980) is still a landmark — and the first textbook on economic methodology yours truly had to read as student.

A couple of months ago Richard Lipsey — whose textbook, written together with Peter Steiner, was my first introduction into economics forty years ago — was kind enough to forward me a chapter he had written for the book on Mark Blaug: Rebel With Many Causes (Edward Elgar). Interesting reading!

When I contemplate the formal defence, I wonder how different we economists are from the pre-Kepellerian astronomers who were dominated by the Greek belief that a model of perfection could be used to deduce behaviour in the imperfect world in which we live. Plato had announced that the circle was the perfect form of closed motion and that, since the heavens were within the spheres of perfection, heavenly bodies must move in circles. Kepler banned from astronomy forever the view that we could deduce something about real-world behaviour by studying these Platonic ideas of perfection. Yet today economists seek to deduce propositions about the real world from models of perfection, such as the Arrow Debreu model of the efficiency of perfect competition. IMG_8243-580x386No one ever thought that the real world was diffused with perfect competition or competitive end-state equilibrium. Yet somehow we must think we learn something about the world from such models, for otherwise the bulk of economists would not insist that the formal proof of optimality is about the most important thing that can be taught to students.

Richard Lipsey

  1. March 12, 2016 at 11:48 am

    Economics as you describe it is just one of the “results” of a movement in knowledge, political standardization, and social organization that began in the 18th century and expanded rapidly after WWII. Where science flourished the appeal of numbers, which could be and were converted into objective facts allowed the construction of civilizations where decisions could be made scientifically and endorsed democratically. Such decisions appeared fair and impersonal and thus impartial. So while democracy ensured all had a voice, science in numbers ensured certainty about the actions needed to carry out democratically made decisions. In the words of Theodore Porter, “Quantification is a way of making decisions without seeming to decide. Objectivity lends authority to officials who have very little of their own …. Knowledge, then does not diffuse uniformly outward from the place of its discovery. It travels along networks to new nodes, and what appears as universal validity is in practice a triumph of social cloning.” After WWII science is the most powerful, admired, and envied way of life on earth. So economists wanting to copy it is not surprising. Historians, sociologists, psychologists, and even that staunch member of the humanities, Anthropology took the leap as well. Now after 60 years History, sociology, and the others have reached a balance so that numbers and “objective facts” are only parts of diverse fields of knowledge. Economics did not reach such a balance. It is wholly and fully dominated by the cult of numbers and objective facts. For those of us who study science, including economics the research is focused on answering why economics remains situated so. One explanation offered is the limited understanding of mathematics by economists. Another is the desire of economists to distinguish themselves from the other sciences which seemed to already cover everything proposed for inclusion in economics. My own view is that the prime motivation was the same as voiced by the 1960s founders of quantitative history, “…to establish history as a social science dedicated to the rigorous, consistent, and precise application of social theory and social scientific methods in the study of past human behavior.”

  2. blocke
    March 12, 2016 at 1:09 pm

    “My own view is that the prime motivation was the same as voiced by the 1960s founders of quantitative history, “…to establish history as a social science dedicated to the rigorous, consistent, and precise application of social theory and social scientific methods in the study of past human behavior.”

    Right Ken, but the NEH has not succeeded any better than neoclassical economics and for the same reasons. It is a contested field of historical analysis and cannot, therefore, be enthroned as the only method of analysis. It always puzzles me that people could accept quantification as a yardstick with which to measure human experience, since it cannot be of much use in “measuring” a broad range of human experience, e.g., motivation, charisma, selflessness, sacrifice, sense of community, belief, fidelity, etc. all of which are important factors when explaining economic behavior.

  3. louisperetzperetz
    March 12, 2016 at 1:57 pm

    Here nis a comment of A.Badiou one of the best french philosopher alive now about capitalism and communism.
    Vous commencez par une contextualisation générale de ces événements. Quels sont ses grands traits ?

    ALAIN BADIOU On peut prendre un point de vue synoptique. Depuis les années 1980, c’est-à-dire depuis, à la fois, et quasiment simultanément, la fin des espérances planétaires de la jeunesse des années 1968 et suivantes et la fin, conjointe, des États socialistes, s’est ouverte une période où, d’une certaine manière, les agents du capitalisme mondial ont eu le sentiment que l’avenir leur était ouvert et que plus rien de consistant ne s’opposait à eux. Je pense qu’il faut avoir présent à l’esprit cet horizon. Rien de ce qui se passe ne peut être détaché ou être considéré comme indépendant de cet horizon. Les conséquences, on les connaît. C’est un régime d’inégalité proprement monstrueux et une menace permanente, y compris sur l’accès de masses humaines gigantesques, à la simple survie. Les statistiques sont tout à fait connues. Encore récemment, on a établi qu’un peu moins de 200 personnes dans le monde possédaient l’équivalent de ce que possédaient 3 milliards d’autres. Ce qui représente une oligarchie telle qu’on n’en a pas connue depuis le début de l’histoire de l’humanité. À côté de cela les oligarchies de l’époque monarchique étaient de petites choses ! Les concentrations monstrueuses et les inégalités sont proprement abyssales. On sait aussi qu’entre deux et trois milliards de personnes qui vivent dans le monde sont littéralement sans rien du tout, c’est-à-dire n’ont accès ni au marché ni au travail et qu’elles errent à la surface du monde. Elles constituent ce que j’appelle le prolétariat nomade en prenant le terme prolétariat en son sens le plus originel, c’est-à-dire des gens qui n’ont rien que leur force de travail à offrir.

    Tous ces phénomènes sont des phénomènes massifs, considérables, qui déstabilisent en réalité les rapports entre les différents groupes humains, qu’ils soient nationaux, de classe ou autres. Ils constituent en outre une origine constante de frustration et d’amertume. Cela exacerbe, on le voit maintenant, les rivalités nationales, qui ressurgissent comme des protections possibles de l’emploi, de la survie, etc. Cela crée aussi, par conséquent, des montées d’une nouvelle mouture de l’extrême droite, qui a toujours profité des crises et des situations tendues et pathologiques pour se constituer. J’inscris comme des symptômes l’existence de ces tueries qui nous ont touchés, mais dont il faut savoir qu’elles se produisent quasiment tous les jours, soit dans les parties touchées de l’Afrique, soit au Moyen-Orient. Je ne dis pas qu’ils sont des effets directs. Il y a des intermédiaires qu’il faut étudier mais ils sont tout de même dépendants de cet horizon dont je considère qu’il est pathologique. J’insiste sur ce point. Ce n’est pas une figure normale de l’humanité que d’assister à ce genre de situation et quand on essaye de nous présenter cela comme le seul monde possible, je pense que l’on crée des phénomènes d’opinion pathologiques, soit de rétraction sur des traditions qu’on considère comme protectrices contre cette tornade capitaliste mondialisée, soit qu’au contraire on pratique le cynisme absolu à l’égard des situations qui sont ainsi provoquées.

    Ce fond de peur n’est-il pas le prétexte à une généralisation de la mise en place de mesures de compression des salaires et de restriction simultanée des libertés du mouvement social ainsi que de sa répression ?

    ALAIN BADIOU Absolument. Je pense que, dans les conditions du présent, il y a pratiquement une nécessité qui s’installe progressivement d’un renforcement considérable de l’autoritarisme étatique. La gestion de la maintenance indéfinie d’un chômage à 10 %, le fait que les protections classiques de caractère social sont démantelées les unes après les autres avec une espèce de bonne conscience continue, le fait que les rivalités à l’échelle mondiale s’accélèrent, tout cela constitue une conjoncture dans laquelle le libre jeu auquel on est habitué n’est plus de circonstance. Donc je suis absolument convaincu que l’on instrumente les symptômes dont nous parlons. On les instrumente pour faire passer aussi vite que possible le maximum de lois allant dans ce sens qui est fixé depuis maintenant des décennies. On estime qu’on peut procéder à une accélération, à profit de cette peur, avec le classique maniement de la peur comme instrument de répression lui-même à des fins qui sont, pour part, purement et simplement policières et juridiques et qui, d’autre part, visent à mener à son terme le démantèlement complet du système des protections du travail. Cela, on le voit sous nos yeux. Personne ne peut le nier. Sous prétexte de protéger les gens contre une menace considérée comme extérieure, guerrière, etc., on fait la guerre aux pauvres, aux démunis, aux minorités et finalement au travail ordinaire.

    Vous formulez votre problématique en distinguant trois subjectivités typiques de la société moderne. Pouvez-vous expliciter leur concept ?

    ALAIN BADIOU Je m’intéresse à des subjectivités que je considère comme créées par le monde moderne. Il y a bien entendu d’autres subjectivités. Elles doivent s’instituer et se développer. Parmi ces trois-là, il y a d’abord la subjectivité que j’appelle occidentale qui est, en réalité, celle qui domine dans les pays les plus avancés, économiquement, dans la compétition capitaliste. Il y a la subjectivité que j’appelle le désir d’Occident qui concerne des masses considérables, y compris de démunis. Elle éclaire largement une partie du grand mouvement de réfugiés actuel. Et puis il y a la subjectivité nihiliste. La subjectivité amère, frustrée, revendiquant, au fond, un désir d’Occident qui n’a pas trouvé sa satisfaction, qui est refoulée. C’est celle de tous ces gens, y compris de tous ces jeunes qui sont sans repères symboliques stables et qui, d’une certaine manière, nourrissent une espèce de désir aveugle de revanche. On leur dit, d’un côté, que ce monde est le seul possible et, de l’autre côté, qu’ils n’y ont pas leur place. C’est effectivement une contradiction dans laquelle il est très difficile de vivre. Alors on est exposé à toutes les pathologies subjectives. Et j’insiste sur ce point car il est tout à fait erroné de penser que l’islam, en tant que tel, est la cause de ce phénomène. Il y a des centaines de millions de gens qui vivent dans la religion de l’islam et, à la fin des fins, les tueurs ne sont qu’une toute petite minorité. Ce n’est pas l’islam qui la cause. La cause c’est cette espèce d’enfermement impraticable. Cela crée des subjectivités pathologiques. L’islam intervient à un moment donné pour leur donner forme, leur donner l’espoir d’un monde autre, leur donner l’idée d’un héroïsme criminel absurde. On a vu cela à d’autres époques. Les connexions entre les processus intimes de fascisation et des dispositifs religieux, par exemple chez les franquistes, pendant la guerre d’Espagne.

    Le titre de votre livre est une paraphrase du Phèdre de Racine. Il y aurait donc un amour blessé à la racine de ce « mal » dont nous souffrons. Amour blessé du communisme ?

    ALAIN BADIOU La situation du monde exige aujourd’hui la reconstruction à un niveau stratégique, idéologique et politique d’une alternative véritable au monde tel qu’il est. Le temps presse parce que le capitalisme, libéré, sans contrepartie, sans alternative, porte la guerre. D’une certaine manière, le communisme est traité aujourd’hui comme l’amour de Phèdre. Le vieux Thésée, finalement, n’est pas un personnage sympathique. Phèdre a de bonnes raisons de ne pas être très heureuse avec lui. Elle a rencontré Hippolyte mais son amour est frappé par la culpabilité. Aujourd’hui aussi, le communisme est frappé par une culpabilité quasi générale. Il est presque identifié à un crime. L’univers, dans sa loi interne dominante, traite le communisme comme une chose d’abord entièrement terminée, ringarde, entièrement obsolète et, deuxièmement, comme une chose qui, finalement, a fait la preuve que toute entreprise de collectivisation des ressources, de mise en commun des choses, toute entreprise qui n’est pas la loi déchaînée de la propriété privée à tous les niveaux se termine dans le sang et dans le crime. Pour ma part, je soutiens la chose inverse. Je pense que le bilan du socialisme réel doit être fait. On est bien obligé de constater que quelque chose n’allait pas et de façon grave, de façon sérieuse. Mais l’abandon de l’hypothèse communiste elle-même, l’abandon de l’idée qu’une autre organisation du monde est possible a des conséquences dramatiques. Ce sont ces conséquences qui aujourd’hui sont finalement dangereuses et portent des symptômes criminels. Le communisme s’est effondré mais ce qui vient à la place c’est un monde instable, c’est un monde menaçant, c’est un monde plein de symptômes criminels et dans lequel une partie gigantesque de l’humanité est comptée pour zéro. Voilà la situation.

    Mais cet « amour du communisme » n’implique-t-il pas le renouement du communisme avec la démocratie, conjonction rompue dans l’histoire de ce qu’on a appelé le « socialisme réel »  ?

    ALAIN BADIOU Que la réinvention du communisme soit aussi, et de manière essentielle, l’invention de ce que peut être une réelle démocratie moderne, j’en suis absolument convaincu. Mais il faut aussi revenir aux fondamentaux. Il faut savoir que l’on n’aura rien si on ne porte pas des atteintes sérieuses à la propriété privée. Je pense que mettre en avant la réalisation de la démocratie en mettant en sourdine la question de la propriété privée cela expose à de graves revers une fois qu’on est dans la situation du pouvoir. L’affaire de Syriza doit nous instruire à cet égard. Pas pour accabler les Grecs. Elle est très instructive parce que, en fin de compte, elle montre que les réalités du pouvoir sont les réalités du pouvoir et que si vous ne les touchez pas dans leurs fondements, vous êtes très vite acculé à une marge de manœuvre extrêmement limitée. Même le programme social, qui était très réformiste, du CNR à la Libération, programme qui est souvent cité aujourd’hui comme une référence nostalgique, si je puis dire, même ce programme s’accompagnait de sérieuses nationalisations et de l’appropriation collective de pans entiers de l’économie française et des banques. Personne aujourd’hui ne propose des choses de cet ordre. La tentative mitterrandienne a laissé des souvenirs amers parce que l’on a vu que la reculade s’est installée très rapidement. Je pense que nous devons, aujourd’hui, revenir au fait que le monde, tel qu’il est distribué, tel qu’il est organisé, est le monde libéral. C’est un monde qui considère que la compétition, la concurrence, la compétitivité et la propriété privée sont l’alpha et l’oméga de l’économie moderne. Si vous ne touchez pas à cela, en fin de compte, vous ne pourrez pas transformer durablement votre vision des choses en une alternative effective.

  4. blocke
    March 12, 2016 at 6:04 pm

    Here we are in the midst of a ferment in Islam, in which over a billion people are involved, and not one word about it in this analysis. Communism is a broken ideal, nobody wants it back, except a few intellectuals who cannot let it go.

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s